L’ANDALOUSIE – Croisière sur le Guadalquivir du jeudi 2 au jeudi 9 mai 2019

L’ANDALOUSIE – Croisière sur le Guadalquivir du jeudi 2 au jeudi 9 mai 2019

Pour le voyage d’études et d’agrément de l’AAPF, le choix cette fois s’était porté sur la découverte de l’Andalousie en croisière le long du fleuve Guadalquivir.

Une belle expérience qui ravi tous les participants.
L’embarquement se fera à Séville mais avant de rejoindre nos cabines, nous serons accueillis par Mr Didier Denayer, Conseiller économique et commercial de la Région wallonne et Conseiller culturel de Wallonie-Bruxelles International à l’Ambassade de Belgique à Madrid.

Très intéressante intervention qui nous permettra d’être informés de manière optimale, sur la situation économique, politique et culturelle de cette Communauté autonome espagnole, chef-lieu de la région.

Elle fut sous la domination des Maures du 8ème au 15ème siècle et a hérité du style architectural avec de somptueux bâtiments dont nous découvrirons toute la beauté.

Mr Denayer nous parlera des récentes élections anticipées du 28 avril. Ces élections devaient se tenir en 2020 mais le Président du Gouvernement Pedro Sanchez a, par motion de censure, provoqué un scrutin. Il était encore trop tôt pour en connaître les conséquences.

Sur le plan économique, il nous dira que l’Andalousie malgré un spectaculaire développement, reste la seconde région la moins riche d’Espagne. Elle est cependant la plus peuplée et est très touristique avec plus de 7 millions de visiteurs chaque année.

Elle est la 3ème région d’Espagne pour les nouvelles technologies de l’information. Malgré cela, les emplois restent peu qualifiés et elle souffre de son éloignement des grands marchés européens par un manque de tissu industriel et d’investissements étrangers.

Elle est toutefois la 1ère région productrice d’olives en Europe et est en bonne position dans la production de fruits et de légumes dont les très connues fraises de Huelva.

L’élevage bovin et porcin permet la production des fameux jambons serrano et ibériques. Les vignobles sont importants et les appellations de Xérès ou de Montilla-Moriles sont bien connues. On notera également le secteur aéronautique andalou en seconde position nationale derrière Madrid et qui représente 21% du total en terme de chiffres d’affaires et d’emplois et qui met en lumière des sociétés comme Airbus.

Depuis 2008 et la grande crise économique, l’Andalousie peine à se relever et le chômage atteint plus de 30%. La population de l’Andalousie compte environ 8 millions d’habitants. Des questions seront posées à notre représentant qui y répondra bien volontiers. Notre Président le remerciera pour sa disponibilité à notre égard et cette rencontre se terminera dans la bonne humeur.
A l’issue de celle-ci, notre guide nous conduira au bateau « La Belle de Cadix » pour le début de notre croisière.

La découverte de cette belle région débutera par la visite de Cordoue et de sa superbe mosquée-cathédrale, témoin de l’alliance millénaire entre l’art et la foi. Elle montre au monde la grandeur de son histoire, qui s’ébauche par une basilique wisigothe, déborde dans la splendeur califale et culmine avec l’art gothique de la Renaissance et du Baroque.

Tout l’ensemble monumental de l’ancienne mosquée fut consacré comme cathédrale de Sainte-Marie en l’an 1146. Sa superficie totale avoisine les 22.400 m². On découvre d’antiques arcs en fer à cheval, un mihrab (niche de prière) et une véritable forêt constituée de 856 colonnes dont beaucoup proviennent de vestiges romains. Elle est classée au Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1984 et sera sans aucun doute l’édifice le plus emblématique qu’il nous sera donné d’admirer.

Nous nous promènerons dans les rues étroites et fleuries de cette ancienne ville romaine qui fut la ville natale de Sénèque. Au 8ème siècle, elle fut conquise par les Maures qui y construisent plus de 300 mosquées et d’innombrables palais et édifices publics et devint un centre islamique important et capitale de l’Emirat de Cordoue.

Cordoue reste sous contrôle musulman jusqu’en 1236, date de la prise de la ville par Ferdinand III de Castille et date de conversion de la mosquée en cathédrale.

La ville regorge de richesses et abrite de nombreux vestiges archéologiques remontant à l’Antiquité dont le pont romain qui traverse le Guadalquivir. Un enchantement pour nos yeux émerveillés par tant de beauté et le regret de ne pas y être resté plus longuement.

Le jour suivant nous partirons à pied à la découverte de Séville, ville au passé prestigieux dotée d’un patrimoine artistique d’une grande richesse. Notre visite débutera par la célèbre « Place d’Espagne » conçue pour l’exposition Ibérico-américaine de 1929.
Elle forme un demi-ovale symbolisant par sa forme, l’Espagne accueillant à bras ouverts ses anciennes colonies et regardant dans la direction du Guadalquivir, chemin vers l’Océan Atlantique et l’Amérique.
Un bâtiment unique longe tout son côté arrondi. Quatre ponts consacrés aux royaumes de Castille, d’Aragon, de Navarre et de Léon relient la place centrale et le palais symbolisant l’unité politique de l’Espagne. Des bancs et des ornements en céramique (azulejos) sont adossés aux deux ailes et représentent 48 provinces d’Espagne.

Nous poursuivrons notre balade et arriverons devant la très belle cathédrale construite en 1402. De style gothique, elle possède un clocher, la Giralda, ancien minaret hispano-mauresque de la grande mosquée Almohade qui s’élevait à l’emplacement de l’actuelle cathédrale.

C’est l’une des plus grandes cathédrales du monde et la plus grande d’Espagne. Des bâtisseurs réutilisèrent des éléments et des colonnes de la mosquée et transformèrent en campanile son minaret, la fameuse tour de la Giralda, aujourd’hui devenue le symbole de la ville.

L’intérieur avec la nef la plus longue d’Espagne est décorée de façon fastueuse avec profusion d’or. Elle possède en outre une collection importante de pièces d’orfèvrerie, de tableaux et de statues ainsi que le tombeau de Christophe Colomb. Nous serons surpris par tant de richesses mais il sera déjà temps de rejoindre notre bateau et de naviguer en direction de Cadix.

Une navigation de 80 km sur le Guadalquivir et de 30 km en mer qui nous permettra de découvrir une nature insolite. Nous longerons le parc de Doñana, classée réserve naturelle de la biosphère par l’Unesco. Nous verrons de nombreux oiseaux migrateurs, notamment des cigognes mais aussi bien d’autres variétés qui font la spécificité de ce parc préservé.
Une petite balade nocturne de Cadix nous donnera un avant-goût de cette jolie ville que nous découvrirons par la suite.

Le jour suivant nous nous promènerons à Jerez de la Frontera et notre guide nous contera l’histoire de l’ancienne mosquée. Elle nous parlera également de manière très détaillée de l’église San Salvador et de l’Alcazar.

Nous nous rendrons ensuite à la Médina-Sidonia dans une Ganaderia haut-lieu d’élevage de taureaux. Spectacle grandiose que l’arrivée des taureaux forts, braves et nobles dans l’enceinte de l’arène et entourés de cavaliers. Ces taureaux vivent quatre années en prairie et jouissent d’une grande liberté. A l’issue de cette période, ils seront sélectionnés pour les corridas où après un combat entre l’homme et le taureau, la bête sera mise à mort ou exceptionnellement, graciée par le matador.

Avant de regagner notre port d’attache, nous profiterons d’un peu de liberté pour apprécier Cadix. Cadix, c’est la mer, les plages mais ce sont aussi des jardins riches en espaces botaniques. La cathédrale construite en 1722 s’élève au-dessus des maisons et y est le monument le plus significatif. Les « Puestas de Tierra » constituent le principal vestige des murailles de Cadix et forment l’entrée de la ville, la divisant aujourd’hui en deux : l’ancienne et la moderne.

Nous reprendrons notre navigation en direction d’El Puerto de Santa Maria et le soir venu nous aurons droit à une belle démonstration de flamenco à bord de notre bateau.

Le lendemain c’est à pied que nous nous rendrons à El Puerto de Santa Maria pour y visiter la cave à vin Osborne et y déguster le vin typique de Manzanila. La culture du vin est un élément très important de cette région de Cadix. Les conditions climatiques et géographiques que possèdent El Puerto De Santa Maria rendent exceptionnelle cette zone pour les vins sous appellation d’origine Jerez-Xérès-Sherry.

Nous reprendrons ensuite le bateau en direction de Séville mais ferons un arrêt à Isla Minima où nous visiterons une très belle hacienda. C’est là que s’est tourné en partie le célèbre film « La folie des grandeurs » avec Louis de Funès et Yves Montand. Nous aurons droit à un très beau spectacle équestre et admirerons le magnifique travail de dressage.

Nous repartirons ensuite toujours en bateau vers Séville. Nous passerons une courte nuit car le départ vers Grenade sera fixé à 6h du matin où une longue route de plus de 250km nous attendait.

Nous serons cependant largement récompensés car Grenade, située au pied de l’imposante Sierra Nevada, dont les sommets étaient toujours enneigés, est une véritable merveille grâce en grande partie à sa principale attraction : « l’Alhambra ».

Un ensemble palatial constituant l’un des monuments majeurs de l’architecture islamique. Acropole médiévale, la plus majestueuse du monde méditerranéen, située sur le plateau de la Sabika domine la ville, elle se compose de quatre parties, l’Alcazaba, les palais Nasrides, la Generalife, ses jardins et le palais de Charles Quint.

Les palais Nasrides s’organisent en de multiples salles rectangulaires. L’ensemble est disposé autour des deux joyaux de l’Alhambra. La cour des myrtes au pied de la tour de Comares et du Salon des Ambassadeurs et la Cour des Lions. L’extérieur est très sobre mais la décoration intérieure est foisonnante et reprend les trois composantes des arts d’Islam : la calligraphie, la décoration florale stylisée réalisée en stuc, les arabesques et motifs géométriques.
La Cour des Lions est rectangulaire et longue de 35 mètres et 20 mètres de large et est entourée d’une galerie délimitée par 124 colonnes de marbre.
La découverte de ces palais restera sans conteste un des plus beaux souvenirs de notre séjour andalou.
Avant de quitter ce haut-lieu des princes Nasrides, nous nous promènerons dans les superbes jardins en étages successifs, séparés d’escaliers et de pergolas.

On peut encore y voir les restes de plusieurs palais autrefois habités par la noblesse musulmane et surtout y admirer des fleurs au parfum capiteux.

Avec regret nous quitterons ces palais des mille et une nuits pour nous rendre dans le centre de Grenade. De la place d’Isabelle la Catholique, centre névralgique de la ville, nous nous acheminerons vers les rues typiques, les magnifiques places et la célèbre cathédrale du 16ème siècle.
Impossible de décrire tant de beautés mais c’est certain, elles resteront gravées dans nos mémoires.

Le jour suivant, nous voyagerons à nouveau dans le temps sur le « Quai des Caravelles » en l’honneur des voyages de Christophe Colomb. Nous nous promènerons, nous explorerons, nous montrons et descendrons dans les trois répliques parfaites des caravelles : la Pinta, la Nina et la Santa Maria.

Nous poursuivrons notre périple et arriverons au Monastère de la Rabida. Lieu symbolique de la route qui parcourent les lieux liés à Christophe Colomb car c’est là que le navigateur a trouvé un refuge et un soutien auprès des moines pendant la préparation du voyage en Amérique.

Dans ces lieux, l’un des joyaux de la province de Huelva, le temps semble s’être arrêté. Nous reprendrons le chemin du retour et serons surpris par les milliers de serres en plastique où se cultivent les fruits rouges mais surtout les célèbres fraises de Huelva expédiées partout en Europe. C’est la plus grande richesse de la région.

Notre voyage arrivera bientôt à son terme. Le soir nous aurons le plaisir et l’honneur d’être les invités du Commandant où un somptueux dîner de gala nous sera offert.

Je ne terminerai pas ce récit sans préciser que nous avons également eu la chance d’être présents pendant la semaine de la Feria, fête populaire qui a lieu chaque année. De nombreuses calèches, plus belles les unes que les autres, parcourent la ville, les femmes portent les robes traditionnelles espagnoles et rivalisent d’élégance et les hommes sont tous en costume civil ou traditionnel. L’ambiance est indescriptible et le jour central de la Féria, le mercredi, il est courant qu’un million de personnes déambulent tout au long de l’avenue principale.

Un très beau voyage et des souvenirs plein la tête qui aura emporté une belle adhésion des membres de l’AAPF.

A refaire donc vers d’autres découvertes …

Anne André-Léonard

Fermer le menu