Ancien_bat Nouveau_bat

Le jeudi 22 septembre, une délégation de l’AAPF, emmenée par son Président Michel FORET, était invitée par Madame la Présidente du Parlement bruxellois francophone, Julie de Groote.

Elle accueillit très chaleureusement et très amicalement les membres de l’AAPF qui pour la plupart découvrait cet imposant bâtiment intimement lié à l’histoire de Bruxelles depuis 1700.

Mme de Groote sera donc le guide de la délégation et jouera admirablement cette fonction.

Groupe_aprs_3eme_paragrapheLa visite commencera dans le grand vestibule, côté rue du Lombard. Deux rampes du majestueux escalier font accéder au palier d’honneur où l’on découvre une phrase extraite du « Double jardin » de Maurice Maeterlinck. Elle se poursuivra dans la prestigieuse salle des Glaces et les salons.

Cette salle s’inspire d’un répertoire néo-Louis XVI, et les salons, témoins de l’ancien hôtel de Limminghe du XVIIe siècle, ont été magnifiquement restaurés.

C’est là que sont reçus les hôtes de la région et où sont également organisés des séances académiques, des concerts, des expositions.

Cette partie du Palais connus divers propriétaires et était à l’origine orientée vers la rue du Chêne, le Manneken-Pis, la rue de l’Etuve, tout le quartier de la Vieille Halle aux Blés. C’est Léopold II qui fera creuser la rue du Lombard ce qui fera « basculer » le bâtiment vers la Grand-Place. Ce sera le siège de la Province du Brabant et du Palais du Gouverneur.

La délégation traversera l’hémicycle. Il sera rappelé que 89 députés (72 francophones – 17 néerlandophones) y siègent et procèdent aux dernières discussions sur un projet ou une proposition d’ordonnance avant le vote final.
Les membres du Parlement de la Région Bruxelles-Capitale sont élus tous les cinq ans au suffrage universel par les belges domiciliés en région bruxelloise. Les députés traitent des matières liées à la gestion du territoire telles que l’urbanisme, l’emploi, la mobilité, le logement, l’économie, l’environnement……..

Néanmoins certaines compétences propres aux Communautés sont exercées sur le territoire de la Région Bruxelles-capitale. Ce sont les compétences dites communautaires et liées aux personnes. Dans ce cas, ces mêmes députés siègent au sein de trois assemblées distinctes liées aux entités fédérées.

  • La Commission Communautaire française (COCOF) compétente pour les matières communautaires francophones de Bruxelles. Ce Parlement francophone bruxellois est composé de 72 élus francophones issus du Parlement régional bruxellois. Actuellement il est présidé par Mme Julie de Groote (cdH) et c’est celui que les membres de l’AAPF ont pu découvrir.
  • La Vlaamse Gemeenschapscommissie (VGC) – 17 députés néerlandophones issus du Parlement régional bruxellois.
  • La Commission communautaire commune (COCOM) compétente pour les matières bilingues.

La délégation découvrira également trois très belles salles de commissions.

La 1ère salle est celle des réunions des commissions du Parlement ainsi que les séances plénières de l’Assemblée de la Commission communautaire flamande.

Elle est décorée de l’œuvre de Richard Venlet, qui rapporte au plafond une superposition de plans architecturaux des installations techniques de la salle, de la structure du bâtiment et de la disposition du mobilier. C’est en quelque sorte un témoin de l’histoire la plus récente de l’édifice.

A_la_fin_de_La_2eme_salleLa 2ème salle est décorée de l’œuvre d’art de Michel Mouffe « Quand les lumières deviennent Forme » ». Il met en scène la représentation d’Erasme en pied cachant partiellement un homme nu et entouré d’inscriptions se référant à l’Humanisme, aux Lumières et à la Démocratie.

Au milieu de la salle un gros cube qui représente la démocratie qui ne pend qu’à un fil et qui peut être coupé par les extrémismes !

La 3ème salle où se concentre l’activité quotidienne des 89 députés est sans doute la plus moderne en équipements techniques. Elle est décorée de l’œuvre de l’artiste gantois Wim Delvoye « Lettre d’amour de Mohamed à Caroline ». Chaque cadre contient la photo d’une pelure de pomme de terre qui par son découpage, désigne un mot en arabe classique, l’ensemble constituant la lettre d’amour.  Cette décoration a bien évidemment fait l’objet de multiples discussions et critiques.  Certains parlant de mépris pour la communauté musulmane, d’autres trouvant que c’était une belle représentation de notre symbole nationale (la pomme de terre et les frites).  A_la_fin_de_la_3eme_salleFinalement il fut reconnu que cela mettait en valeur nos communautés.

Le Parlement, dans son état actuel abrite les bureaux du Greffe et de la Présidence du Parlement francophone bruxellois. Au-delà du concept architectural, ce bâtiment au blanc éclatant, mis en valeur par une résille faite de « voronoïdes », est exemplaire puisqu’il est à haute performance énergétique, soit presque passif. Il a été inauguré en 2013 et dispose également d’une belle terrasse avec vue sur la Grand-Place et au rez-de-chaussée,  d’une salle d’expositions donnant sur le très beau jardin de l’ancien édifice.
A_la_fi_de_Le_Parlement_dans_son_tat_actuel Voil_le_jardin
A l’issue de cette belle visite, les membres de l’AAPF seront invités par Mme de Groote à partager un excellent repas et des échanges de vues se feront en toute convivialité.

Mme la Présidente, avec enthousiasme, parlera de l’organisation tous les mois des « jeudis de l’hémicycle » où elle invite des représentants de la société civile et où on débat de questions qui concerne le citoyen.

Elle mettra l’accent sur sa vision de repenser la ville pour en garder l’âme. Bref, une personnalité intéressante et attachante que le Président Michel Foret remerciera pour ses multiples talents, notamment celui de guide qui a réussi à mettre en valeur la diversité belge. Il rappellera que Julie de Groote est une brillante femme politique mais aussi une artiste car pour ceux qui l’ignorent, elle est aussi passionnée par la musique et est d’ailleurs soprano.
A_mettre_avant_le_dernier_paragraphe
Une belle découverte donc pour les membres de l’AAPF qui repartiront ravis de cet excellent accueil et qui espérons le comprendront un peu mieux la complexité de nos institutions.


Anne ANDRE-LEONARD